Sociologie site de rencontre

Ce pragmatisme de nature à faciliter les rencontres est apprécié par Erika, l'une des ambassadrices de la marque. À 32 ans, elle cherche "l'amour, le vrai, le beau", mais ne le trouve pas. Son pire ennemi? Les maris de ses copines qui, de facto, la privent de sorties entre amies. Alors elle apprécie ces soirées où "tout le monde est là pour la même chose" et où elle peut juger sur pièce.

Même son de cloche du côté de Stéphane, 44 ans. Grossiste en bijoux fantaisie, lui aussi préfère se rendre aux soirées Meetic "plutôt que de contacter les gens directement sur Internet. Ce besoin de réel, Ludovic Huraux, président et fondateur d'Attractive World, un site de rencontres qui sélectionne ses membres par cooptation lancé en , l'a rapidement constaté.

L’amour au temps des sites de rencontres

Le réel, "ça cartonne," explique-t-il. Rien qu'en février, le site dénombre 8. À l'origine de cette tendance: Depuis les premiers afterwork entre célibataires, le site a évolué et met désormais en place des partenariats afin d'offrir à ses membres des événements de qualité, toujours dans la vie réelle.

Ce qui est nécessaire n'est pas forcément évident, et inversement, si bien que ce qui semble être une évidence aujourd'hui n'a pas toujours paru nécessaire. Cette histoire, c'est aussi celle de Facebook dont les étudiants redécouvrent aujourd'hui, à travers les pages "Spotted" pour "repéré e ", la fonction première du réseau social, celle d'annuaire et donc, potentiellement, de courrier du coeur afin de retrouver celui ou celle croisée dans la vraie vie.

De Facebook aux sites de rencontres, nombreuses sont les évidences qui semblent avoir été abandonnées au bord du chemin qui menait à la connectivité. Récemment, la publication des données publiées par l'INED en a rappelé une autre. Le premier amour, c'est bien dans la vie réelle que les Français le rencontre, principalement pendant les études et en soirée et pas sur des sites de rencontres dont le recours intervient plus tard, quand les possibilités offertes par la vie réelle semblent s'être épuisées.

Quelle est l’efficacité de ces sites de rencontres ?

C'était déjà le principal reproche adressé au speed dating, ce concept de rencontres minute qui n'est pas sans rappeler celui du chat. Si les sites de rencontres ont toujours eu pour finalité la vie réelle, le passage du virtuel au réel n'est pas toujours évident.

La rencontre a lieu sur le site, mais c'est lorsque vient le moment de rencontrer l'autre que les problèmes commencent.

Là où le face à face peut être source de gêne, la soirée ou l'événement focalisent l'attention ailleurs et délivre les célibataires du poids de leur situation. Si les leaders du secteur s'y mettent, c'est qu'il s'agit davantage d'une évolution que d'une tendance. En témoigne l'arrivée, sur le marché de la rencontre, de nouveaux concepts intégralement ancrés dans le réel. C'est par exemple le cas de Meetserious.

Cette start up parisienne, dont les fondateurs ont tous vingt-cinq ans ou moins, viennent de lancer ce site qui organise des dîners en ville.

Meetserious évoque autant la possibilité d'une rencontre sérieuse que celle d'une rencontre mystérieuse. Six célibataires par table sélectionnés en fonction des profils des membres et de leurs désirs, l'entreprise propose aux célibataires d'apprendre à se connaître "le temps d'un repas", tout en versant une partie de la note à une association. Une idée simple, à laquelle il fallait penser. En bons entrepreneurs, les fondateurs de Meetserious ont donc fait leur étude de marché sur une échantillon d'environ 1.

Complémentaires du modèle originel des sites de rencontres, tous les acteurs du marché ne s'y convertiront pas et notamment le cas des sites de rencontres extra-conjugales comme Gleeden ou Ashley Madison. Paradoxe d'une époque qui institutionnalise le hasard dans la rencontre amoureuse, les infidèles n'en profiteront donc pas autant que les autres. Certains y verront la preuve que tromper n'est pas aimer, mais une chose est sûre, tout comme la nuit du 31 décembre, au carrefour de l'amour, du sexe, des sites de rencontres et de la Saint-Valentin, c'est souvent au regard de l'heure à laquelle on s'est couché, qu'on juge de la qualité de la soirée.

Pour suivre les dernières actualités C'est La Vie, cliquez ici. Retrouvez-nous sur la page Facebook C'est la vie. Abonnez-vous à notre chaîne YouTube. Avec la newsletter quotidienne du HuffPost, recevez par email les infos les plus importantes et les meilleurs articles du jour. En savoir plus. Toutes les rubriques.

Tous droits réservés. Retour vers le réel Nous sommes le mardi 5 février, dans le quartier le Bastille, à Paris. Ces soirées se déroulent dans des bars, des pubs, et permettent aux membres du site de rencontrer d'autres membres. Des thèmes sont même choisis pour faire en sorte que chacun soit sûr d'y trouver la perle rare! Cette volonté de réinvestir est très bien expliquée par Jessica Delpirou, la directrice de Meetic France: On organise donc des soirées suivant les âges, les goûts, les attentes. En prenant les bases de données comme appui, le site tend ainsi à faire en sorte que les chances de rencontre soient maximales et paraissent également plus authentiques, car ancrées dans la vie de tous les jours.

Les soirées semblent marcher toutefois, car à l'époque de parution de l'article de Maud Noyon, le site organisait environ 50 soirées par mois dans 35 villes différentes. Bien entendu, il y a là la volonté pour le site de se refaire une santé avec ces soirées. Mais il est toutefois intéressant de voir que les rencontres reviennent s'installer dans la vie réelle, malgré le média virtuel. En se rencontrant dans la vie réelle, on voit les gens tels qu'ils sont. Ce n'est pas le cas sur la toile. En effet, chacun gère son image virtuelle et montre les bons côtés de soi.

Il y a une tendance à l'hypernarcissisme, à l'embellissement de son image et de l'image que les autres ont de nous. Cette tendance naturelle est bien décrite par Stéphane Rose, auteur d'un livre sur les sites de rencontre intitulé Misère sexuelle. L'auteur donne l'exemple d'un homme noir qui met la photo d'un homme blanc ou encore de femmes mentant sur leur âge, leur poids, leur métier, etc.

Stéphane Rose met aussi en avant le fait que le mensonge le plus commun est de faire croire que l'on est seul. Ce qui peut naturellement entraîner de grandes déceptions. Sur internet, on donne à voir une version idéalisée de soi mais on idéalise aussi l'autre. Ce qui fait que l'internaute cherche un idéal qui n'existe pas. Le choix est tellement grand que l'on ne fait plus l'effort d'apprendre à connaître l'autre, on le passe sur des critères bien singuliers. En ce sens également, revenir au réel peut être bénéfique. Tout comme on n'a moins de chance de se faire passer sur de simples critères bien réducteurs de nous-mêmes aussi!

On le voit, les sites de rencontre peuvent provoquer des dérives. Certains sites tels que Adopteunmec. En effet, le concept de ce site est de mettre les hommes dans une vitrine virtuelle et de se faire adopter en étant mis dans des paniers par les femmes, comme si elles faisaient leur shopping. Un autre exemple flagrant nous vient de l'interview de Stéphane Rose dans les Inrocks , déjà évoqué plus haut. En effet, celui-ci a voulu quitter Meetic et à eu bien de mal à le faire. Après avoir enfin réussi à parler à un interlocuteur du site, il a expliqué à celui-ci qu'il voulait mettre fin à son abonnement, pour la simple raison qu'il avait trouvé quelqu'un.

Or, l'interlocuteur a tout fait pour le faire rester sur le site, notamment en lui proposant un mois d'abonnement gratuit. Cet exemple flagrant montre à quel point, derrière l'idée d'aider les gens, se cache avant tout une volonté de faire du profit. En l'occurrence, c'est la preuve que Meetic ne souhaite pas vraiment que les gens finissent en couple, leur intérêt est avant tout de garder les abonnés.

Ce qui explique pourquoi ces sites sont addictifs: Stéphane Rose d'ailleurs affirme que ces sites peuvent rendre addictif à la fois aux femmes pour les hommes , aux rencontres, au sexe et même au support en lui-même. L'application est dans les favoris de son smartphone et devient donc comme un réflexe lorsqu'il part quelque part pour se trouver quelqu'un. Ce réflexe conditionné peut être vu comme un signe d'addiction à l'application. Dans cette idée, Didier Lestrade explique que pour les gays, regarder qui est disponible via Grindr dans une ville inconnue est devenu un réflexe dès qu'ils entrent quelque part.


  • rencontrer femme nordique?
  • « Les sites et les applications modifient le scénario de la rencontre ».
  • Sites de rencontre : l'amour au bout des doigts - Les Inrocks.
  • on pourrait se rencontrer;

On retrouve cette idée de réflexe de faire appel à l'application plutôt que d'aller parler directement à la personne. Mais derrière ce besoin de toujours être connecté, il y a bien sur une idée de surveillance des usagers qui est accrue. Déjà parce que l'on peut savoir où se trouve telle personne à tel moment, mais aussi parce que l'on peut regarder et surveiller les agissements d'un groupe de personnes particulier, de voir leurs destinations préférées, leurs envies à tout moment. Ce côté surveillance est encore plus questionné lorsque les applications se servent de Facebook, dont le principe est de vendre tout ce que l'on y met et dont le rapport au respect de la vie privée est sans cesse interrogé.

Or, si elles se servent des données Facebook, quand est-il du respect de la vie privée sur ces applications spécifiques?

L'amour au temps des sites de rencontres - MBA DMB

Cette question a le mérite d'être posée, surtout celles qui sont gratuites, car comme le dit la règle, sur Internet, si c'est gratuit, c'est que c'est vous le produit. Badoo se vante sur son site de son nombre d'abonnés millions selon les derniers chiffres. Mais lorsque l'on voit certaines affaires auxquelles le site a eu à faire face, on comprend mieux pourquoi il y a un nombre aussi important d'utilisateurs.

Il y a d'abord le cas de Léa, qui s'est retrouvé inscrite sur Badoo sans le savoir via un mail alors qu'elle est mariée depuis 10 ans. Elle l'a découvert en voyant son profil apparaître sur Google avec son nom et son âge. Son profil a fini par être supprimé après plusieurs demandes faites à Badoo, mais il était toujours sur Google plus de six mois plus tard. Ensuite, il y a le cas d'un prêtre au Royaume-Uni qui s'est retrouvé inscrit sur le site et suite à la plainte d'une paroissienne à l'évêché s'est retrouvé démis de sa paroisse.

Le site dément bien sur ces accusations. Mais voilà une dérive de site de rencontre qui se crée du profit et de la popularité en utilisant et en manipulant les usagers. Craigslist est un site de petites annonces à la manière d'Ebay, qui selon Lestrade a un impact encore plus gros que Grindr.

Déjà parce qu'il ne concerne pas seulement que les gays, mais également parce que c'est le site de petites annonces numéro 1 aux Etats-Unis, bien qu'il soit encore peu connu en France. L'impact de Craigslist vient du fait que l'on peut rechercher ou vendre quelque chose à un niveau local. Et c'est en ça que ce site devient un concurrent direct des sites de rencontre à proprement parler. Sur Craigslist, tout est à vendre, à des prix imbattables, y compris les corps. Et la banalisation de Craigslist dans ce but banalise également la prostitution libre et consentante des gens.

Mais c'est aussi plus dangereux que sur les sites spécialisés, où on peut tomber sur n'importe qui, sans forcément avoir communiqué quoi que ce soit sur le lieu ou autre information, ce qui peut donner lieu à certains abus, plus ou moins graves. En contrepartie, son influence permet également de suivre l'évolution des épidémies locales, ce qui lui donne une importance sociétale et de retrouver l'origine d'une épidémie, tout comme il pourrait servir à détecter les épidémies qui pourraient se propager et ainsi les prévenir.

Craigslist n'est qu'un exemple de site où les rencontres se font, il y en a d'autres. Le fait que les sites ne soient pas spécialisés fait que les rencontres sont cependant moins contrôlées et donc plus dangereuses, même si des cas échappent au contrôle des sites. Il se prénomme le Zoda et est Français. Autre outil révolutionnaire qui pourtant fait partie de nous: En effet, des sites comme genepartner. La rencontre perd tout son côté romantique et se base sur des résultats conservés dans une enveloppe. Derrière Grindr, le géant Craigslist. Les pièges de l'amour sont aussi numériques.

La revolucion del amor y otras citas por internet. Meetic sort du tout-virtuel. Taking a Chance on Love, and Algorithms. Les français et les sites de rencontre: Plan cul au coin de la rue: Internet permet-il de vraies histoires? On a tué la honte de faire des rencontres en ligne. Publicité AttractiveWorld. Cette synthèse propose un panorama des sites de rencontre et de leur fonctionnement. Après un rappel historique de leurs évolutions et un éclaircissement sur les principes des sites et leurs fonctionnalités, notamment le matching, nous verrons quels sont leurs objectifs visés ainsi que leur impact sur la société et le rapport social entre les êtres.

Cela implique inévitablement des dérives et une logique commerciale où l'amour et le mal-être deviennent une source de profit. Les sites de rencontre et leur impact social En l'espace de quelques années seulement, le web est devenu le lieu privilégié de la drague. Les sites de rencontre permettent, principalement aux jeunes, de ne plus être seuls, mais tout en restant célibataires.

C'est à travers cette opposition que nous avons décidé d'étudier les sites de rencontre et leur impact social.


  • .
  • ;
  • .
  • rencontres cerfs volants berck 2013.
  • itydodub.tk: Petite sociologie des sites de rencontres (un peu de sérieux ne nuit pas forcément).

Pour cela, il était nécessaire de comprendre quelles sont les caractéristiques qui leur sont propres et qui permettent aux sites de rencontre d'avoir un si grand impact sur notre société actuelle. Cependant, comme toute chose sur le net, les sites de rencontre sont ouverts à un certain nombre de dérives, plus ou moins extrêmes.

Petit historique Les sites de rencontre sont nés aux Etats-Unis et ont par la suite acquis un certain succès, une notoriété et une visibilité dans les médias qui leur ont fait une place de choix dans une société de plus en plus mondialisée. Logo netclub.



admin